Les beacons, la nouvelle histoire d’amour de Facebook

Les beacons, la nouvelle histoire d’amour de Facebook

Facebook teste actuellement dans 8 boutiques de New York, dont une boulangerie, une librairie et un restaurant, un nouveau service appelé « Place Tips ». (Trop ?) Sobrement traduit par « Infos Utiles » en français, il doit lui permettre d’améliorer, grâce à des beacons bien à eux, la rentabilité de ses publicités tout en piquant les billes de Yelp et Foursquare. Enjeux et perspectives d’un levier de croissance à fort potentiel.

Comment marche « Place tips » ?

L’idée est toute simple : grâce aux beacons qu’il aura disposé dans un magasin, Facebook sera en mesure d’afficher aux possesseurs de mobiles ayant installé l’application Facebook, c’est à dire à peu près tout le monde, qui franchissent les portes de ce commerce, du contenu lié à l’établissement et donc très pertinent.

Concrètement, le service « Place tips » affichera au-dessus du flux des nouvelles actualités de l’utilisateur un petit bloc l’invitant à découvrir le contenu de la page Locale Facebook du commerce où il se trouve. L’objectif pour Facebook est toujours de mélanger plus ou moins adroitement annonces publicitaires et contenu traditionnel pour intégrer efficacement le contenu commercial dans le quotidien de l’utilisateur.

Facebook pourrait utiliser ce type de dispositif pour déterminer l’efficacité de ses annonces en mesurant quelle proportion d’utilisateurs ayant vu la publicité d’un magasin y a ensuite effectué une visite, comme l’explique Steve Cheney, le fondateur d’Estimote qui a conseillé Facebook sur ce projet. En clair, est-ce que l’annonce passée a eu un impact en terme de visites avec en ligne de mire la même mesure en terme de ventes ?

Des zones d’ombre à bien des niveaux

Facebook bluetooth beacon

La balise Facebook Bluetooth

Pour déployer le service en intérieur, Facebook s’appuie sur un beacon bien à lui baptisé le Facebook Bluetooth beacon au design plutôt élégant et dont, il faut l’avouer, on sait très peu de choses sur son origine et ses caractéristiques technologiques. Même si les discussions entre Facebook et Estimote et le design franchement facetté de l’objet, laissent fermement penser que la firme polonaise à peut-être (sûrement) quelque chose à y voir.

Autre point encore mystérieux, si pour le moment le service est en test gratuit, on ignore tout de la manière dont Facebook compte le monétiser, même si un de ses portes paroles assurent qu’ils n’en ont pas l’intention pour le moment.

Il y a fort à parier que la firme compte d’ores et déjà sur l’engouement provoqué par ce service auprès de ses utilisateurs pro pour booster l’utilisation de ses pages locales plutôt en mal de renouvellement et donc améliorer le contenu de sa plateforme. Brianne Sperber, directrice marketing au Strand Book Store, une des boutiques qui participent au test, annonce déjà qu’elle va désormais porter plus d’attention à la page Facebook de sa boutique et en améliorer le contenu afin d’accueillir au mieux tout nouvel utilisateur et augmenter la probabilité de « like », un bon moyen d’élargir facilement leur communauté pour les commerces de proximité en mal ou en recherche de visibilité.

Cependant, on peut difficilement imaginer que les ambitions commerciales de ce nouveau service s’arrêtent là, et probablement que la satisfaction de prendre du  terrain à Yelp et Foursquare doit également peser dans la balance.

L’impact sur la technologie Beacon

L’intérêt de Facebook pour la technologie Beacons pourrait avoir un effet multiplicateur et accélérateur, insérant le Beacon dans la vie courante. Car si l’idée est simple et pas franchement révolutionnaire, avec ses 1,3 milliards membres, Facebook pourrait bien faire une différence majeure sur ce coup-là et démocratiser carrément l’utilisation des Beacons, jusqu’ici un peu trop cantonnés à l’envoi de promotions et d’annonces.

L’essai qui est en train d’être réalisé à New York est déterminant dans l’installation plus étendue de Beacons dans la ville de New York. S’il est concluant, Facebook pourrait bien investir pour équiper de nombreux lieux public et une quantité infinies de boutiques. Et c’est probablement pour cela que Facebook n’envisage pas de vendre ses beacons : s’il arrive à équiper les commerces de proximité à travers le monde, il pourrait ainsi faire un véritable poutch sur les géants actuels des plateformes de proximité.

Une éventualité d’autant plus certaine que Facebook vient de confirmer que « Place Tips » sera bien disponible à l’avenir pour iOS et Android (le test actuel étant conduit uniquement sous iOS).

Des questions épineuses en suspens

Comme d’habitude, les questions relatives à la vie privée pourraient ralentir la progression de l’opération.

Facebook tente de rassurer les personnes inquiètent de la préservation de leur vie privée en garantissant que le service peut être bloqué par l’utilisateur et qu’aucune information relative aux déplacements ne sera enregistrée. Comprenez que le service « Place Tips » sera donc activé par défaut et que l’utilisateur ne désirant pas communiquer son itinéraire et les lieux qu’il fréquente devra le désactiver lui-même.

Des réserves qui existent aussi chez les commerçants : Brianne Sperber dont nous parlions plus haut, a fait savoir à Facebook qu’elle ne souhaitait pas que la balise émette à l’extérieur de son magasin pour ne pas gêner les passants et les autres commerces. Des réserves d’autant plus grandes que Facebook envisage d’élargir dans les prochaines semaines « Place Tips » à des lieux comme Central Park, le Brooklyn Bridge, Times Square, l’aéroport JFK ou la statue de la liberté grâce aux technologies GPS et Wifi.

Pour conclure, on vous laissera seul juge de cette nouvelle fonctionnalité avec cette vidéo très claire fournie par Facebook :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


1 × = huit

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>